Didier-del-Aguila

didier del aguila, basse

Né en 1962 dans le sud de la France, Didier découvre la basse à l’âge de 15 ans et se passionne pour cet instrument.
En 1977, sa rencontre avec Michel Petrucciani est déterminante dans son orientation vers le Jazz et les musiques improvisées. Il participe avec lui à de nombreuses Jam sessions et progresse très rapidement.
C’est en écoutant Jaco Pastorius, Alphonso Johnson et Stanley Clarke qu’il décide de s’orienter vers un style plus Jazz-fusion.
En 1980, il fonde avec Alain Richou et Olivier Chambonnière le groupe JAZZ FRIENDS avec lequel il jouera pendant plusieurs années.
Bassiste, contrebassiste précis, swinguant et généreux, la richesse de son jeu rythmique et toujours mélodique ainsi que sa grande connaissance du Jazz lui valent d’être sollicité par de nombreux musiciens.
Dès lors, les rencontres de Didier ne cessent de croître. Elles lui permettent de travailler avec une multitude d’artistes : Steve Houton - Louis Winsberg - Pierre Drevet - Jean Pierre Como - Alfio Origlio -Sylvain Luc - André Villégier - Roger Guérin - François Chassagnite - Daniel Kramer - Juan José Mossalini- Georges Robert - François Laizeau - Mino Cinelu - Larry Coryell - La Velle - Michel Perez - Sangoma Everett, etc. En 1985, avec le pianiste Jean-Sébastien Simonoviez et Marc Mazzillo il fonde le groupe SOMA.
En 1986, c’est avec Luc Plouton qu’il partage la scène en de nombreuses occasions notamment auprès de la chanteuse brésilienne Marcia Maria et Rolando Faria (Les étoiles).
En 1993, Il effectue plusieurs concerts avec le groupe GYTANO SOY (Casino de Montréal, Canada), puis avec Manhu Roche et Eric Barret (Festival Alexander Platz, Rome).
En 1995, il crée le trio NEFTA avec le batteur Michel Bachevalier et le pianiste Siegfried Kessler avec qui il partagera des moments extraordinaires de complicité jusqu’à la disparition de ce dernier en février 2007.
En 2000, naît le trio PYRAMIDE (hommage à Chet Baker) avec Benoît Paillard et Michel Barrot. A partir de 2003, il travaille avec le guitariste flamenco Juan Carmona avec lequel il se produit pendant 12 ans sur les plus grandes scènes internationales : Etats-Unis – Canada – Israël- Chine – Russie - Europe - Dom-Tom - Afrique du Nord, et des lieux ou festivals comme la salle Gaveau - Piccolo Théâtre (Milan) - le Royal Albert Hall (Londres) - l’Opéra de Marseille - l’Opéra d’Avignon - Festival la Villette, Paris - Festival des 5 continents, Marseille - Festival de Toulon - Jazz à Juan les Pins - Jazz à Vienne - Festival Patrimonio - Festival de Jazz de Montréal - Zhenzhen Concert Hall (Chine) – Festival Jazz Au Chellah (Maroc) - Red Sea Jazz Festival, Eilat (Israël).
En 2005, il intègre le sextet de Mario Stantchev : Tournée en Bulgarie - Maroc - Allemagne, Jazz à Vienne, etc., et enregistre l’album « Kukeri ». EN 2006, il crée avec Alain Richou le groupe « Quartessence ». Les rejoignent alors Francesco Castellani et Jean luc Di Fraya.
En 2007, il rejoint le saxophoniste Jacques Helmus et participe à l’enregistrement de plusieurs albums avec lui (« Letting go » et « From Silence » sur lequel apparaît notamment Erik Truffaz). La même année, il joue également avec le nouveau trio de Mario Stantchev avec Sangoma Everett. En 2013, il travaille sur le nouveau projet de Christophe
Lampidecchia avec lequel il enregistre son nouvel album et tourne avec lui, aux côtés de Michel Barrot, Cédrick Bec et Lionel Dandine. En 2013-2014, la chanteuse américaine La Velle l’invite sur plusieurs concerts avec Sangoma Everett. Début 2015, il enregistre à Berlin l’album d’Alaa Zouiten, «Talking Oud ». Suivra une tournée en Allemagne et au Maroc.
Aujourd’hui, accompagné de Jean-Marie Frédéric, Jean-Luc Di Fraya et Alaa Zouiten, il se consacre à son nouveau groupe ALTAÏR et à la sortie prochaine de son nouvel album.