FranciscoFerro

Francisco Ferro
Compositeur

D'origine brésilienne, le compositeur Francisco Ferro grandit dans le sud de la France, étudie l'improvisation pendant de nombreuses années en tant que guitariste, puis se consacre entièrement à la composition.
Diplômé de Berklee College of Music (BM) en 2008, de l’Université de Tufts (MA) en 2011, il poursuit des études doctorales à l'Université de McGill sous la direction de Chris Paul Harman.
Ses recherches portent sur le temps musical, la spacialisation du son, les unités sémiotiques temporelles, ainsi que les techniques issues des musiques electroacoustiques.
Ses oeuvres ont été interprétées aux États-Unis, au Canada, en France, en Italie et au Brésil par des artistes comme le Jack Quartet, Camerata Aberta, l'ensemble MDI, l'Orchestre Symphonique de McGill et l'Orchestre Philharmonique de Minas Gerais.
En 2016 l’orchestre de Montréal lui passe commande d’une oeuvre qui a été crée en Novembre dernier.
Pour marquer cette première édition du Festival, l’ADAC lui passe commande de la première oeuvre écrite pour cet évenement.
« Tracé Sur Des Stèles d’Air » texte de F. Ferro, Septembre 2016 Composée pour l’Orchestre Régional d’Avignon et Jean-Marc Fabiano, Tracé sur des Stèles d’Air est le deuxième volet d’un diptyque dédié à Philippe Jaccottet et son recueil intitulé Ce Peu de Bruit, d’où les deux titres sont empruntés.
Créant une impression de perspective sonore ou l’illusion auditive d’un espace physique (trompe-oreille), on retrouve dans cette pièce des méthodes inspirées par certains principes de propagation du son, et plus particulièrement des phénomènes acoustiques tels que l’écho flottant (« dans la réverbération d’une salle, l’émergence très localisée d’une fréquence particulière et de ses harmoniques qui stationnent entre deux murs parallèles et réfléchissant »1) ou le fondu enchaîné (« transition progressive d’un état sonore à un autre »2).
En réaction au poème de Jaccottet, cette oeuvre révèle l’univers esthétique perçu lors de mes lectures par un travail sur les textures lumineuses. Celuici prend la forme d’un cheminement continu à travers des sonorités tantôt opaques, tantôt éblouissantes, tantôt sombres, clairsemés de subtiles mouchetures éparses.