Luca-Lombardo-7-juillet-21h-église

Luca Lombardo, ténor

Au long de son parcours singulier, Alain Aubin s’est produit sur les plus importantes scènes lyriques d’Europe comme ( Vienne, Bruxelles, Lyon, Montpellier, Paris- Châtelet, Rome, Naples-San Carlo).
C’est Philippe Herreweghe qui a découvert sa voix et son instinct musical, alors qu’il était encore hautboïste à l’Opéra de Marseille, sa ville natale. Ses débuts à ses côtés à la Chapelle Royale font de lui un spécialiste des musiques anciennes. Ses premiers rôles sur scène sont dans le répertoire baroque.
Attiré par l’aventure contemporaine, il participe en 1996 à la création de GO-gol de Michaël Lévinas, mis en scène par Daniel Mesguisch (Opéra de Montpellier et Festival Musica de Strasbourg).
L’année 97 marque le début d’une collaboration majeure avec le compositeur et metteur en scène Roberto De Simone. Ce maître napolitain l’invite à chanter plusieurs fois au San Carlo de Naples, et compose pour sa voix, en 2004, le rôle de la Reine Sofia, dans Il Re Bello (Florence). Il le fait aussi débuter à l’Opéra de Rome.
En 1998, il rencontre Peter Eötvös qui lui confie le rôle d’Olga, dans son opéra en russe Trois Soeurs, à l’Opéra de Lyon sous la direction de Kent Nagano, rôle qu’il a chanté depuis au Châtelet, à Bruxelles et au WienerFestWochen. La captation de cet événement a été diffusée plusieurs fois sur les chaînes ARTE et MEZZO, (intégrale DeutschGrammophon). En 2000,
il crée au Châtelet, le concerto pour violon et contreténor de Gijan Kancheli, en duo avec Gidon Kremer, (dir. K. Nagano).
Depuis 2001, plusieurs projets avec Raoul Lay, et l’ensemble Télémaque: La Jeune fille aux mains d’argent, puis Le Pacte de Pierre d’après P.P.Pasolini. De 2005 à 2008 El Amor Brujo de Manuel de Falla et en 2009 Les Folk songs de Berio. L’Opéra de Marseille lui offre le rôle de Solomon de l’oeuvre éponyme de Händel en 2009, et le Festival d’Ile-de-France l’invite à nouveau pour Desperate Singers, une création de l’Ensemble Télémaque (oeuvres d’Olga Neuwirth), retransmise en direct par France Musique. Le GMEM lui confie le rôle titre dans Le Flâneur de Jean-Louis Clot.
On entend sa voix dans deux fameux albums de fusion Lambarena, Bach to Africa [Sony] et de Mozart l’Egyptien [Virgin] dont il a coréalisé les arrangements.
Fratris Solis (ode à François d’Assise) est sa première composition, enregistrée en 1993 chez Sonpact. Il compose le final de La Massalia, pour mille choristes, en 1999, (commande de la Ville de Marseille pour le 26ème centenaire). La Cité des Arts de la rue, Lieux Publics lui commande en 2006 la création musicale « N’écoutez pas ! ». Depuis, il a composé la musique pour choeur et la musique de scène de Sainte Jeanne des abattoirs de Bertolt Brecht, (Théâtre de la Passerelle Gap, Châteauvallon, La Criée, Les Salins de Martigues, CDN de Montreuil et CNBA de Bordeaux).
Le Centre Culturel Français de Phnom Penh l’a accueilli en résidence l’été 2008, avec Catherine Marnas, pour une création musicale sur le conte Khmer Les deux perdrix. Cette invitation s’est renouvelée en 2010 pour L’Affaire de la rue de Lourcine de Labiche. Il a composé en 2011 la musique du Verfügbar aux Enfers de Germaine Tillion, des chants polyphoniques sur des poèmes de Ghérasim Luca et la musique de Romeo et Juliette de
Shakespeare pour le Théâtre Gyptis. En janvier 2013 il compose la musique de Macbeth pour le même théâtre et il met en musique El Cachafaz de Copi pour la Compagnie Parnas et l’Ensemble Télémaque. Cet opéra tango pour quatre instruments, trois choeurs et dispositif électroacoustique est créé en 2013 et coproduit par Marseille-Provence capitale culturelle.
Une oeuvre pour choeur, solistes orgue et cuivres lui a été commandé pour la cérémonie d’ouverture.